La taille ça compte !

Arrivé au boulot, je feuillète le 20minutes quotidien, pas un grand journal, mais il me suffit pour me tenir au courant des principaux événements, charge à moi ensuite de fouiller sur le net pour avoir une lecture plus critique. Ce matin, je lis donc qu’ils veulent mettre les foies au cholestérol.

L’article est mieux que ce que l’on lit habituellement. Je reprocherais 2 choses. La première c’est que même le mauvais cholestérol n’est pas le grand responsable des maladies cardio-vasculaires. Pointer le cholestérol comme coupable, c’est un peu regarder le doigt au lieu de regarder la lune. Ou même incriminer le thermomètre quand il fait chaud en été. Pour une démonstration de qualité, je vous renvoie aux ouvrages de Michel De Lorgeril. La seconde, c’est l’extrême simplification de la problématique. Ok, le cholestérol ne diffère que par la molécule qui le transporte…et qu’on nomme lipoprotéine. Concernant le cholestérol, il y a 2 grands groupes de lipoprotéines :

– Les HDL, ou LHD : lipoprotéines de haute densité
– les  LDL ou LBD : lipoprotéines de basse densité

Les premières, on le sait, elles sont bonnes pour l’organisme. Les secondes, ben…ça dépend. Effectivement, statistiquement, leur nombre est corrélé à la fréquence des maladies cardio-vasculaires. Sauf qu’on distingue plusieurs types de LHD, comme plusieurs types de LBD. En clair, ce qui différencie les LHD des LBD sont le circuit qu’elles prennent dans le sang, mais également leur taille et densité. Les LHD sont plus volumineuses. Et donc moins denses. Elles auraient donc moins tendance à se déposer sur les parois des artères, puisque plus légères. Les LBD sont plus petites et plus denses. On peut donc suspecter qu’elles interviennent dans l’athérosclérose. Sauf que…c’est là qu’il est intéressant de distinguer les types de LBD.

Et là c’est le drame. Tout les LBD ne sont pas égaux. Les sous-fractions de LBD plus grandes et moins denses sont « plus faciles à déloger » et ne présentent pas le même caractère athérogénique que les sous-fractions des LBD petites et denses. Il semblerait que ces sous-fractions soient associées à la fabrication des triglycérides d’une part, et à une alimentation riches en glucides d’autre part (qui elle même augmente les triglycérides dans le sang).

Etant donné que depuis quelques dizaines d’années on consomme de plus en plus de glucides, il est donc normal que le taux de LBD soit associé à un haut risque de maladies cardio-vasculaires. Mais une association n’est pas exactement causalité. Pour produire moins de LBD cholestérol, et surtout le LBD nocif, pensez à réduire vos pâtes, votre riz, votre pain, vos pommes de terres, et surtout votre consommation de sucre raffiné. Pour contrer les maladies cardio-vasculaires en général, ça reste quand même insuffisant, et pourrait faire l’objet d’un prochain article. Mais la question du cholestérol nocif peut-être évacuée ! Ouf !

Et désolé encore pour le titre racoleur !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s