Et mon huile de poisson, elle est fraîche ?

Voici quelques temps que je n’avais pas de réponse à apporter concernant les huiles de poissons. OK, elles apportent les meilleures sources d’oméga-3. Mais d’un autre côté…ces huiles sont bourrées de polluants. La réponse m’est venue de la lecture du « pouvoir des protéines » des époux et docteurs Eades.

Assurez-vous que l’étiquette du flacon d’huile de poisson indique bien sans cholestérol. Le poisson a tendance à concentrer de nombreux polluants, y compris des métaux lourds et des BPC, dans leur gras, et l’huile de poisson provient de ce gras. Le procédé d’affinage visant à éliminer les polluants élimine également le cholestérol. Si l’étiquette indique sans cholestérol vous avez la garantie que l’huile ne contient aucun polluant.

Voilà une bonne nouvelle ! On peut donc encourager la supplémentation modérée en huile de poisson (2 à 3 gélules par jour), sans subir les effets des polluants ! En surfant sur le net, je tombe sur ça (cliquez sur l’image pour aller sur le site) :

Bon, ce n’est pas donné, mais quand on connait les effets bénéfiques des oméga-3 (les Eades parlent plutôt d’eicosanoïdes, mais à notre niveau on va plutôt simplifier pour comprendre !), ce serait dommage de s’en passer ! Quant au cholestérol, c’est amusant, c’est la première fois que je vais chercher un produit cholesterol-free alors que je considère que ce n’est pas un problème en général ! Mais là, c’est le témoin de l’absence de polluants. Enjoy !

4 réflexions au sujet de « Et mon huile de poisson, elle est fraîche ? »

  1. Ca7

    Bonjour, pour les oméga 3, les sources les plus sûres (pas trop de PCB, DTD et autres joyeusetés) sont végétales (lins, colza ? et 2 ou 3 autres), sans oublier bien sûr qu’il s’agit d’en prendre au moins une cuillère à soupe par jour, alors avec de toutes petites capsules ,,, bon courage 🙂
    Ca7,
    ps : je vous ai répondu sur SansSucre.org

    Répondre
    1. Sylvain Auteur de l’article

      Le problème des oméga3 végétaux est qu’ils contiennent surtout des ALA. De ce que j’ai cru comprendre, la conversion des ALA en EPA et DHA n’est pas aisée du tout (cela dépendrait de moults facteurs), tandis que la conversion des EPA et DHA (a priori les plus bénéfiques) en ALA plus facile pour l’organisme. Pour prendre une image simple : un vaisseau tout en Légo (©) c’est facile à le réduire en petites pièces. Par contre le construire…les ALA sont les plus petites molécules d’oméga3, la plus petite pièce de Légo. EPA et DHA sont des dérivés, des constructions de Légo. Bon c’est sans doute plus complexe mais une bonne métaphore ne fait pas de mal de temps en temps !
      Il y a des auteurs (Brian Peskin), qui pensent que la conversion n’est aussi difficile. C’est à chacun de se faire son opinion. Pas évident. En favorisant l’huile de poisson sans polluants (et au début d’un repas, ou au milieu pour favoriser l’absorption, la biodisponibilité) je n’ai pas l’impression de trop me tromper. J’achète régulièrement du foie de morue et des maquereaux. Après, méfiance aussi dans les poissons d’élevage, pauvres en oméga3. Compliqué la nutrition !

      Répondre
  2. Ca7

    … en fait j’ai même l’impression que les oméga 3 font maigrir s’il rétablissent l’équilibre alimentaire, ce qui est presque systématiquement le cas!

    Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s