Archives mensuelles : octobre 2011

Comment j’ai guéri la carie de mon fils !

mise à jour du 23 juillet 2012 : lire mise en garde !

Dernier article de la trilogie des caries, second du site The Healthy Home Economist.

Vous pouvez retrouver l’article original ici

Si vous demandez à la plupart des gens si oui ou non une carie peut guérir, la réponse serait probablement, dans 99% des cas, que c’est impossible.

Même les dentistes conventionnels seraient d’accord avec cette réponse. Demander à un dentiste de base pendant un nettoyage de routine si vous pouvez guérir une carie de votre propre chef, et il vous regardera probablement comme si vous étiez fou (je l’ai vécu moi-même).

soigner une carie

En contraste saisissant avec cette « sagesse »  conventionnelle, le Docteur Weston A. Price a écrit sur de nombreux cas dans sa pratique en tant que dentiste, dans les années 20 et 30, où des caries guérissaient sans forage ni plombage. Il a découvert à travers ses recherches que les caries sont causées par des déficiences nutritionnelles, et quand celles-ci sont corrigées, la carie guérit.

Si vous pensez à ce sujet, en étant ouvert d’esprit, et laissant vos idées préconçues sur les caries de côté, est-ce que cela n’est pas du bon sens ? Est-ce que le corps ne devrait pas être capable de guérir une carie, tout comme il guérit d’une fracture osseuse, ou d’une plaie sur votre bras ? Pourquoi les dents seraient-elles différentes d’une fracture du poignet après tout ?

Ayant lu l’ouvrage monumental Nutrition et Dégénérescence Physique du docteur Price, il y a quelques années, je suis de l’école qui pense que les caries peuvent en effet être guéries avec une alimentation appropriée pendant quelques temps. Mais croire en quelque chose, intellectuellement parlant, et savoir que cela fonctionne de sa propre expérience sont deux choses très différentes, n’est-ce pas ?

Pour cette raison, je suis très enthousiaste de vous raconter une histoire récente à propos de mes enfants. Vous voyez, mon aîné a récemment développé une carie sur l’incisive latérale supérieure sur la droite. Elle était derrière la dent à droite, sur la gencive. Mon mari l’a remarquée lors d’une soirée, quand il essayait de voir s’il se brossait correctement les dents (il est bien trop âgé pour se faire brosser par Maman ou Papa)

Il y avait un trou définitif dans la dent, et pas vraiment un petit. Mon mari m’a appelé pour y jeter un coup d’oeil et j’étais alarmée de voir ce trou, j’ai utilisé une sonde dentaire avec des dents en caoutchouc pour me rendre compte de la profondeur. La pointe de la sonde dentaire s’établissait loin dans le trou. Pas de doute, c’était bien une carie, et nous étions d’accord tout les deux que nous avions besoin de la remplir assez vite. Notre raisonnement était que les incisives sont des dents très proéminentes et que la possibilité que l’approche nutritionnelle ne fonctionnerait pas assez vite pour sauver la dent était une grande préoccupation pour nous, surtout étant donné que l’on ne pourrait vraisemblablement pas contrôler de près l’alimentation de notre pré-adolescent  pour assurer une réussite rapide.

J’ai de suite appelé le dentiste et obtenu un rendez-vous. Entre-temps, j’ai insisté sur le fait que mon fils prend 3 capsules de beurre liquide tout les matins, en même temps qu’une cuillère à café d’huile de foie de morue fermentée. J’ai toujours été assez stricte sur la dose quotidienne d’huile de foie de morue avant l’école, mais un peu laxiste sur le beurre clarifié pour être parfaitement honnête.

Plus jamais. Avec ce gros trou sur l’arrière de son incisive, je savais qu’il avait besoin de les prendre ensemble. Le docteur Price a découvert que les caries se guérissaient plus rapidement quand ces deux huiles thérapeutiques et nourrissantes étaient prises ensemble.

Le rendez-vous avec le dentiste était dans quelques semaines, j’ai donc continué avec les capsules de beurre clarifié tout les jours. J’ai aussi dit à mon fils qu’il avait vraiment besoin de revenir vers son petit-déj fait de tranches de toast chaque matin avec du beurre cru et du miel au lieu du tahini et du miel qui était ce qu’il prenait depuis quelques mois.

Il allait bien avec ça, vu qu’il apprécie le beurre cru et avait changé sa routine d’en prendre tout les matins comme il le faisait d’habitude. Est-ce que ce simple changement dans le petit-déjeuner avait un impact sur le développement de sa carie ?

Sans doute.

Je n’ai rien changé d’autre. Il n’a pas changé sa consommation en céréales, et il mangeait toujours du sucre raffiné à l’école (c’était Pâques, c’était donc inévitable). Il est presqu’un ado, après tout. Essayez d’éliminer les céréales et les sucres de leur alimentation, et vous allez avoir une rébellion. Les enfant ont besoin d’apprendre certaines choses par eux-mêmes.

J’ai su que vous ne pouviez protéger vos enfants de tout ça et les élever dans une bulle, vous pouvez seulement leur apprendre à être sage et ils apprendront la modération par eux-mêmes avec le temps.

Entre parenthèses, j’étais contente de voir que récemment, lors d’une fête après la Journée de la Poésie qu’il évitait les grandes bouteilles de soda et barres Hershey qui ont été remis par la suite (non, je ne plaisante pas).

J’étais très fier de lui. Il savait que manger ces trucs lui donnerait  certainement quelques boutons, et le rendrait mal fichu toute la matinée, et le jour suivant aussi sans doute. Nous, les mamans, devons célébrer ces petites victoires tout le long, n’est-ce pas ?

Quoiqu’il en soit, revenons à l’histoire de la carie.

Comme il s’est avéré, le jour avant son rendez-vous, les réceptionnistes ont appelé pour dire que le rendez-vous avait besoin d’être reporté, vu que le dentiste avait du sortir de la ville de manière inattendue, pour raisons familiales. Cela a repoussé le rendez-vous pour quelques semaines de plus, mais pendant tout ce temps, nous avions continué avec les 3 capsules de beurre clarifié avec une cuillère à café d’huile de foie de morue fermenté après un petit déjeuner de 2 tranches de beurre cru et de toasts au miel.

Le dernier week-end, j’ai décidé de jeter un coup d’oeil à cette carie, pour voir si elle s’est empirée. Cela faisait un mois que mon mari l’avait découverte, et il était un peu préoccupée, étant donné que c’était une des dents de devant. J’ai pris une lampe de poche, et pointait sa tête en arrière, et j’ai regardé, regardé, et REGARDÉ !

AUCUNE CARIE !

C’est tout à fait vrai. Il n’y avait plus de carie du tout. Elle a été complètement remplie, et était aussi régulière que celle qui suit. Je l’ai dit à mon mari qui l’a regardé aussi tôt. Il était ravi de voir que ce trou était parti.

J’ai pris la sonde et appuyé autour, histoire d’être sûre et de confirmer ce que mes yeux me disaient, la carie s’était guérie d’elle-même.

Je l’emmènerais tout de même chez le dentiste pour faire un bilan, mais il n’y avait aucun doute qu’il y ait encore quelque chose qui n’aille pas avec cette carie.

La meilleure nouvelle dans tout ça, est que j’ai changé très peu de choses pour guérir sa carie. Il a continué son alimentation de base, en mangeant à la maison, avec les relâchements habituels à l’école et les jours de jeux. Nous avons juste ajouté du beurre clarifié avec son huile de foie de morue fermentée quotidienne, et il a remplacé son du tahini par du beurre cru sur ses toasts le matin.

C’est tout !

J’espère que vous trouverez cette histoire encourageante ! Les travaux du docteur Price fonctionnent réellement dans la pratique !

La conclusion du dentiste après avoir examiné mon fils

Cette brève mise à jour, a été ajoutée depuis la date initiale de l’article. J’ai effectivement amené mon fils chez le dentiste pour un bilan complet, et il n’y avait de carie nulle part dans sa bouche. Un trou y était, il s’est en allé depuis. La nutrition peut en effet guérir les caries !

Où acheter de l’huile de foie de morue fermentée et du beurre clarifié

Voici où vous pouvez en trouver (en anglais)

Cliquer pour regarder mes vidéos (en anglais aussi), comment faire du beurre clarifié, si vous n’êtes pas dans la capacité d’en acheter où vous vivez.

Sarah, TheHealthyHomeEconomist.com

Les céréales complètes causent les caries ?

Voici la traduction d’un article, toujours sur le thème des caries : il provient de Sarah, du site The Healthy Home Economist.

Article original disponible, cliquez.

Je réalise que le titre de cet article est plutôt choquant. J’étais aussi choquée, quand j’ai entendu cette information de Ramiel Nagel, auteur de Cure Tooth Decay (Guérir les caries dentaires), dans une conversation décontractée au détour d’un couloir à la Conférence Sagesse et Traditions de 2010.

Comment les céréales complètes peuvent-elles être la cause des caries ? N’est-ce pas le pain blanc, après tout, une des causes communes des caries parce qu’il est pauvre nutritivement parlant, tout comme le sucre blanc déguisé en nourriture ? N’est-ce pas la farine blanche, un des « aliments qui prend la place de tous les autres dans commerce moderne » tel que relevé par le Dr Weston A. Price dans son ouvrage révolutionnaire, Nutrition et Dégénérescence Physique ?

Dr. Price lui-même, recommandait de consommer les grains entiers (le son et le germe), tout comme d’autres experts dans le domaine de la santé depuis ce temps-là. L’analyse scientifique des céréales complètes indique un plus fort contenu en minéraux et autres éléments nutritifs que dans les céréales raffinées.

En se basant seulement sur l’analyse scientifique, il apparaît clairement que le pain blanc doit être évité, dans le but de trouver des aliments nutritivement denses, ainsi que le retour à une santé éclatante. La santé et l’état des dents et de la bouche est une fenêtre sur le corps signifiant que les problèmes de ces régions-là sont le révélateur de problèmes se déroulant ailleurs. Notez le fort lien entre les maladies parodontales et les maladies cardiovasculaires et des AVC.

Mais, pourrait-il y avoir autre chose qui se passe ici, quelque chose que rate une aveugle recommandation en faveur des céréales complètes ?

Le fait est que, je connais un certain nombre de personnes qui mangent une alimentation à base de céréales complètes incluant de l’huile de foie de morue, ne mangent jamais de pain blanc, et même vont plus loin en faisant leur propre pain de blé complet avec de la farine fraiche, et ont toujours des problèmes de caries dans leur famille.

Creusons au-delà des murs stériles des laboratoires, et voyons quel autre élément pourrait être de la partie…

Les sociétés traditionnelles n’utilisaient typiquement pas de céréales complètes

tamisage farineL’argument contre les tiges de céréales complètes de l’affirmation de Rami suggérant que les sociétés traditionnelles n’utilisaient pas le grain entier. Rami a étudié ce problème en profondeur et a confirmé que la pratique d’éliminer le son se faisait traditionnellement dans les Alpes en France avec le seigle, en Afrique avec le blé et le maïs, et au Tibet avec l’orge.

Pourquoi ces cultures éliminaient le son ? Apparemment, la pratique se maintenait parce que le son est chargé en toxines végétales comme les lectines qui ne peuvent pas être éliminées facilement par la germination, le levain, le trempage ou même la cuisson.

Le quinoa, le sarrasin ou l’amaranthe semblent être des exceptions à cette règle. Le riz se classe quelque part au milieu, vu que les cultures mangeant du riz traditionnel éliminaient typiquement une partie ou l’intégralité du son avant la cuisson.

Ceci est accompli en pilant le riz, ce qu’on appelle par la même occasion le riz partiellement moulu (ndt : ou riz concassé ?). J’ai écrit à ce propos il y a quelques temps dans un article nommé Comment ? Le riz blanc, meilleur que le brun ?

Une fois le son enlevé…quoi d’autre ensuite ?

Rami va plus loin, en suggérant que les céréales entières doivent être fermentées dès le départ, pour réduire significativement l’acide phytique. L’acide phytique est une autre grosse raison pourquoi les céréales causent les caries en tant qu’anti-nutriment puissant qui bloque très efficacement l’absorption des minéraux dans les intestins. L’acide phytique provoque du rachitisme sévère lorsqu’il est administré à des chiens comme l’a découvert et étudié le chercheur Edward Mellanby.

Les recherches de Rami indiquent aussi que faire germer les grains ne réduit significativement pas assez d’acide phytique pour les rendre sûres pour la consommation.

De plus, Rami m’a dit que tremper des grains complets ou germés dans du babeurre, du lait caillé, du yahourt ou du kéfir ne semble pas réduire significativement le contenu en acide phytique. Toutefois il disait que les tremper réduirait leur contenu en phytate mais que la meilleure méthode pour y parvenir serait une eau plate filtrée à laquelle on ajoute du lactosérum liquide (prévoir substitut au jus de citron ou de vinaigre de cidre de pomme pour un trempage sans produits laitiers)

 Que pouvez-vous faire une fois en possession de cette information ?

Je respecte énormément les travaux de Rami Nagel, et je pense que ce qu’il découvre à propos des caries dentaires, de leur guérison et des problèmes de gencives en général est réellement innovant. Par conséquent, j’ai l’intention de préparer les céréales chez moi, en me basant sur notre conversation qui est résumée dans ce message. Voici ce que je prévois de faire :

  • Bien que je prépare habituellement mes céréales fraîchement moulues en les trempant dans du yahourt ou du kéfir, je vais immédiatement modifier cette approche en faisant tremper à la place avec de l’eau filtrée ainsi que du lactosérum liquide. La règle d’or pour le trempage est une tasse d’eau filtrée ainsi qu’une cuillère à soupe de lactosérum liquide par tasse de farine bien mixés ensemble, couverts et laissé toute la nuit sur le plan de travail
  • Je commencerai par tamiser la farine pour éliminer la plupart du son avant trempage
  • Je tamiserai et ensuite tremperai ma farine germée avant de la cuisine vu que faire germer seul ne semble pas réduire suffisamment le contenu en acide phytique
  • J’ai déjà changé il y a quelques années en passant du riz brun vers le riz blanc basmati, donc pas de changements à faire de ce côté-là

Quels changements, du coup, allez-vous mettre en place pour la préparation des grains ? Vous pouvez partager vos idées.

Sarah, The Healthy Home Economist

Guérir les caries : elles sont réversibles !

mise à jour du 23 juillet 2012 : lire mise en garde !

Sur ce coup-là, je ne me ferais pas d’amis auprès de la population des dentistes : non, les caries ne sont pas une fatalité, et il n’est peut-être pas obligatoire d’aller chez le dentiste se faire forer la dent ! Pas bon pour le business, désolé !

Et, chose habituelle sur ce blog, c’est par la nutrition qu’on développe des caries, c’est également par celle-ci qu’on peut s’en débarrasser, comme l’explique de manière convaincante le Dr. Guyenet (voir aussi tous ses autres articles sur le sujet de la santé dentaire).

Il y a en général deux théories qui s’affrontent pour l’explication des caries : une alimentation qui nourrit les bactéries et donc qui participe au creusement des cavités, ou à une alimentation pauvre en micronutriments (celle formulée par le docteur Weston A. Price). Il semblerait que de toute façon, la plupart des farines soient en cause, et bien sûr, notre « ennemi » habituel, j’ai nommé, le sucre raffiné. Dans le cas des céréales, ce n’est pas exactement, ou seulement le raffinement qui est à l’oeuvre, mais surtout la présence d’acide phytique qui se lie chimiquement aux minéraux et les  empêche ainsi d’être utilisés par le corps. On peut remarquer que les farines raffinées sont déjà pauvres en micronutriments, avec les phytates, c’est encore pire ! Les vitamines liposolubles semblent aussi jouer un rôle, surtout les vitamines D et K2 qui agissent en synergie.

Voici une liste de recommandations alimentaires qui à aident à prévenir les caries, et semblent même les guérir :

  • des produits animaux, surtout y compris les produits laitiers issus de pâturages (si vous les tolérez). Mais aussi la viande, les abats, du poisson, la moëlle des os, les œufs.
  • des céréales fermentées, seulement. Pas de céréales non fermentées comme les flocons d’avoines, les céréales du petit-déjeuners, des craquelins, pas de pain, excepté le pain au levain (l’acide lactique ne devrait pas figurer parmi les ingrédients). Ou mieux, pas de céréales du tout.
  • noix en quantité limitée : haricots en modération, et seulement s’ils ont trempé toute la nuit, ou plus, dans de l’eau chaude (à cause de l’acide phytique)
  • des féculents, comme des pommes de terre ou des patates douces
  • une quantité limitée de fruits (un par jour, ou moins), mais surtout aucune sucrerie
  • des légumes cuits ou crus
  • de généreuses portions de beurre de baratte
  • prendre la lumière du soleil, de l’huile de foie de morue riche en vitamines, ou des suppléments de vitamine D3
  • pas d’aliment transformé industriellement

Si vous voulez approfondir le sujet, le docteur Ramiel Nagel offre d’excellents conseils sur le sujet, sur on ouvrage Guérir une carie, reminéraliser les cavités, et réparer vos dents de manière naturelle avec une alimentation appropriée. Hélas, disponible en anglais seulement.

guérir soigner les caries

Cliquez pour acheter ce livre sur Amazon

Where (not) to eat in Toulouse ?

Toulouse is not the capital of the south-west France. But it is where begins the true south-west, the river Garonne is the real border between Languedoc on the right, and Gascony on the left. The other city with the same large influence, Bordeaux is no more the capital, because Bordeaux looks more to the atlantic ocean, and other lands (Charentes-Maritimes, La Rochelle), while Toulouse has his influence around 150/200 km from west to east and from south to north (central position between mediterranean sea and atlantic ocean).

occitan cross from Toulouse

Occitan Cross from Toulouse

In fact, South-West of France can be described as the junction of Gascony, Guyenne, and Pays Basque. And maybe some parts of Languedoc (Lauragais). This territory is characterized by his cuisine, his old culinar traditions : duck is often cooked, and is a large component of these traditions, with chicken. Foie gras, confit de canard ou d’oie (duck or goose), magret are the most famous recipes, still associated with french gastronomy, but except for foie gras cooked (or just primarily prepared, raw) also in Alsace (near Germany…), these are dishes from south-west. The true typical Toulousain dish is the Cassoulet, made with white beans, and saucisses de Toulouse (sausages), and sometimes confit d’oie ou de canard.

Toulouse is renowned for his cuisine, which is, in fact, typically south-west, it benefits from the near countries : Gers, Lot (wines from Cahors, even if the toulousain wine Fronton can be as good), Aveyron (alligot for instance). When you talk to people around the world that knows a little about France and his gastronomy they will respond by Paris (of course !), and Lyon, which is really the capital of french gastronomy. Toulouse is far behind these cities, but it would be unfair to consider it as a city with no culinar traditions : it’s patently false, and we can eat very well. The cruel reality is this city lacks of real gastronomic restaurants (like Michel Sarran, or the closed La Corde, see later), and offers more sympathetic restaurants, a journalist used once the expression “tables de copains” (friendly tables) to describe how we usually eat in Toulouse.

When friends or family come to see me (I live in Toulouse), we still take the opportunity to eat in town. Let’s give up dietary orthordoxy for a moment, I try to follow a realfood diet that leads me to avoid gluten products, fried food, sugary desserts…but I think, for special occasions, everyone should give up his own dogmas…except if you suffer from real allergies. Bread is everywhere in France. I don’t eat it at home, but…impossible to avoid it in restaurant, and it gives cheese (and wine !) memorable flavours…so ok, let’s forget paleo principles for a while.

I prefer talking about wonderful places where you should eat, not overrated restaurants, so I will talk first about them…

L’Entrecôte : it seems it is a canteen to me. Or a cafeteria. French fries are the worst I have eaten, and the meat is moderately good…ok the sauce is very particular but it’s too expensive…go elsewhere…no hesitation, no remorse, no regrets. You would saw a lot of people waiting for entering inside the restaurant, but it reminds me of sheeps… Overrated, sure, trust me.

La Boucherie,Hippopotamus,Pizza Pino : these are chain restaurants. Not so bad, but they offer food that is the same everywhere in France. If you want to eat “Toulousain”, please, avoid them.

Panorama de Toulouse

Are you interested in medieval (or Renaissance) times ? Le Tranchoir  is for you ! I especially recommend “Le pluma de porc noir”. Le porc noir is a type of pork from near Bigorre (Mountains of Pyrénées), which could have disappeared : in the nineties, farmers decided to promote the race, and it was a nice initiative, because this type of pork is raised successful in “human” conditions, the beast don’t suffer like those in CAFO conditions. Don’t forget to drink both hydromel and hypocras : these are wonderful beverages !

Maybe you are seeking for a more ‘toulousaine’ or ‘gasconne’ cuisine ? Ok, quite expensive, but delicious too, you have the possibility to eat at Le Bon Vivre (Place Wilson) : ok…as I said, quite expensive. But you will never be disappointed. In the same style, go to “Chez Emile” (Place St Georges), his cassoulet is very good, last time I went to, I could not finish my plate.

If you are over 4 I recommend Le Picotin (you eat with your hands and fingers, no forks, no knives !) : please choose a floc de Gascogne as aperitif ! Les Caves de la Maréchale, still in a convivial and friendly style offers a more refined cuisine. You can appreciate the typical red bricks from the center of Toulouse.

In a more gastronomic way, RIP to La Corde, this restaurant has closed his doors for a few years. I’m so sorry…it was the oldest restaurant in Toulouse, and their dishes were really fabulous…I cannot tell you about Les Jardins de l’Opera, because I never have been to : a friend of mine goes to, and he was disappointed. If you really want some quality, whatever if it costs too much, go to Michel Sarran : he is probably the most famous restaurant in Toulouse, with 3 stars on the Michelin Guide (if I can remember correctly).

I forget lots of restaurants I liked to go, like Le Capaddoce who cooks in the mediterranean/oriental style (more greek/turkish/libanese than italian/spanish), L’Aubrac (lots of charcuterie…oh yeah…lots of…illimited), Les Copains d’Abord (a song from Georges Brassens), Le 34 (where you can buy typical products), all of these are really good. You won’t be disappointed.

In a next article, I will talk about French Paradox. South-West French Paradox to be more accurate.

Régime Dukan, constipation et acides gras

Le roi des régimes, actuellement, c’est le régime Dukan.

A moins que vous ne viviez dans une grotte, ce qui au passage ne manque pas de sel si vous suivez une diète paléolithique, impossible d’y échapper. Qui ne connaît pas une personne dans son entourage qui pratique Dukan ?

Je ne vais pas détailler en long, large et travers ce régime. Il repose sur la prédominance des protéines, tout au moins dans ses premières phases, celles où l’on doit mincir. Les protéines sont mises en avant, au détriment des autres sources de calories, les lipides et les glucides. Manger de la viande est attractif et c’est là le point de génie (marketing) du régime : manger à sa faim, sans se soucier des quantités. Les légumes sont aussi de la partie, et le dukanien devra connaître des alternances entre jours de PP (protéines pures) et jours de PL (protéines et légumes) selon ses préférences. C’est un régime protal, à ne pas confondre avec un régime crotale, sauf si les serpents sont de votre goût.

régime dukan

Pierre Dukan en mars 2011 : génie du marketing, ou sens aigu de la pédagogie ?

Première constatation : le régime fonctionne. A moins d’être sévèrement atteint de la thyroïde, un tel régime ne peut que fonctionner : on mange moins grâce à l’action coordonnée des protéines (et de leurs capacités à stimuler la satiété, notamment le tryptophane et la glutamine) et des corps cétonés engendrées par la restriction glucidique. Sur ce point, ce régime est un décalque du régime Atkins, les graisses en moins. A moins que ça ne soit un régime Pritikin, les glucides en moins ? Je note que ce régime hypocalorique fonctionne avec très peu d’huiles riches en oméga6, réduit drastiquement les aliments trafiqués/transformés (sauf les gâteaux Dukan…gasp !) riches en glucides raffinés : dans ces conditions, la perte de poids est quasi-assurée ! Un point qui m’agace un peu : une certaine indulgence vis à vis des édulcorants artificiels.

Deuxième constatation : le régime fonctionne quand il est appliqué…moins quand il est abandonné. Je m’explique : une fois le poids atteint désiré, les dernières phases de Dukan (consolidation et stabilisation) sont les moins comprises, à moins que lui-même ne comprenne pas comment reprendre une alimentation normale, passé la phase d’amincissement. Le titre de son livre est bien « je ne sais pas maigrir », pas « je ne sais pas manger ». Après avoir tant insisté sur les protéines et diabolisé les autres types de calories, on ne sait plus trop ce que l’on peut réintroduire dans le cadre d’une alimentation normale. Et là, patatras, une bonne partie des dukaniens, retombe dans les excès d’avant-guerre d’avant-régime.

Le fait est que ceux qui se sont privés de gras et de sucre vont louper cette période, tant par frustration engendrée par les précédentes que par manque de calories externes. En effet, il y a des dangers derrière un régime couronnant à ce point les protéines. On peut noter par exemple l’existence du mal de Caribou, ou appelée famine du lapin (Rabbit Starvation) : sur le sujet vous pouvez lire ce sujet sur Answers Yahoo, ou le site Contrapositive Diary.

Que nous dit Eugene Linden dans le magazine Forbes FYI ?

Il est possible de mourir de famine en mangeant de la viande maigre. Je vais faire court. Les anciennes tribus de l’Ouest connaissait ces problèmes et n’auraient jamais mangé de bison femelle au printemps parce que les vaches bisones enceintes ou s’occupant de leurs enfants brûlent leur réserves de graisses pendant les mois d’hiver, laissant peu de calories dans leur chair qui aurait pu aider les indigènes à digérer les pures protéines de la viande. Des explorateurs comme Randolph Marcy ont découvert cette dure vérité. Des membres de son expédition de 1856 vers le Wyoming ont continué de s’affaiblir et perdre du poids même ils consommaient 6 livres de cheval ou de mule par jour. Le problème : les chevaux et mules étaient si affamés que leur viande n’avaient pas de gras.

En pratique, la viande consommée par les dukaniens est probablement un peu plus grasse, mais je tenais à pointer les dangers, et le côté contre-nature d’une telle pratique, à l’opposé de ce que recherchaient nos ancêtres. Malheureusement Dukan est issu d’une génération qui tient l’hypothèse lipidique comme vraie, et a donc a appris à détester les graisses, surtout les graisses animales saturées, les présentant comme le grand satan, fort pourvoyeur de (mauvais) cholestérol qui va boucher les artères. Soupir…Sur ce sujet, je trouve assez curieux qu’on lui reproche d’être un régime mauvais pour le cœur en le confondant délibérément avec Atkins, alors que c’est précisément le point de divergence principal. Dukan, c’est en fait une version politiquement correcte de Atkins.

Et quand il s’agit de réintroduire des féculents, je ne pense pas que Dukan fasse la différence entre les céréales et les pommes de terre. Le docteur Davis a sorti il y a peu Wheat Belly, un ouvrage recensant les méfaits du blé moderne. Mais Dukan devrait aussi (re)lire Seignalet sur les problèmes du blé : gluten, lectines et acide phytique ne sont pas vos amis. Loren Cordain pense que c’est la pire des céréales. Comme je le dis souvent : le blé peut vous empoisonner à petit feu, sans que vous n’en soyez conscient, y compris même si vous n’êtes pas céliaque. Les maladies associées sont vraiment diverses et variées. Le maïs est à peine moins néfaste. Le riz blanc, et surtout les tubercules sont bien meilleurs pour nous.

Aussi, en reprenant une alimentation « normale » les dukaniens ne savent plus trop comment remanger, et donc remangent des aliments qui vont potentiellement les faire regrossir, parce que de toute manière il faudra réintroduire des calories, et qu’à mon sens Dukan pèche de ce côté-là : toutes les calories ne se valent pas, et sa méthode ne réapprend pas à manger, ou pas aussi bien qu’il le prétend, à vrai dire un tel enseignement se retrouve plutôt dans Nourishing Traditions de Sally Fallon. Un régime c’est à vie, sauf que la phase amincissante de son régime est intenable à long terme ! Et beaucoup sont perdus. Il existe des régimes tout à fait tenables et « aphasiques » comme l’est le régime méditerranéen, par exemple, mieux compris par la population.

Aussi, je souhaiterais mettre en avant un problème présent chez Dukan, et comment il le résout : de la pire des façons, bien entendu. C’est la constipation. La consommation de viande cuite pose ce problème. Pyrrhonic Sea Cruising dans un de ses habituels commentaires sensés me signale que la viande crue est plus digeste que la viande cuite. Je suis prêt à le croire. La constipation n’était pas connue chez les Inuits et pour cause : la viande était crue, mais surtout, ils mangeait de la viande fermentée…ou pourrie selon la sensibilité de chacun. La fermentation est un point positif, il est probable qu’ils aient été amenés à l’expérimenter parce qu’apportant des bénéfices supplémentaires pour la digestion, je vais y revenir.

Dukan apporte à ma connaissance, deux solutions. La première, l’huile de paraffine ne va pas être synthétisée par le corps et donc empêcher la digestion : non seulement c’est infect au goût, mais la stéatorrhée n’est pas un état souhaitable ! La seconde, le son de blé est à double tranchant : il contient des fibres, certes, mais c’est issu du blé, et donc contenant en soit ce qui peut causer le syndrome de l’intestin irritable.

Si Dukan était moins lipidophobe, il aurait pu conseiller d’autres solutions qui prendront soin du côlon. Les acides gras sont nos amis, il faut les aimer aussi ! Et le meilleur ami du côlon, c’est un lipide, un acide gras à chaîne courte que l’on nomme acide butyrique (ou butyrate). Cet acide gras ne se stocke pas, il fournit directement et uniquement de l’énergie rapide pour le corps, il se comporte comme un glucide en fait, sauf que sa forme, sa structure le rattache aux acides gras. Il y a plusieurs sources d’acide butyrique.

Sources directes d’acide butyrique : on en trouve un peu dans le fromage, mais surtout dans le beurre, à raison de 3g par 100g de beurre : une cuillère à café de beurre cru doit aider à la digestion. Aussi, tout les aliments fermentés contiennent apparemment de l’acide butyrique, cet acide est un sous-produit de la fermentation : viande (principale raison de la non constipation des inuits), choucroute,…la liste est sans fin.

Sources indirectes d’acide butyrique : une bonne partie des fibres fermente (on y revient toujours) dans le côlon et c’est à ce moment-là que le corps peut se procurer du butyrate. Je suis prêt à parier que les dukaniens qui connaissent la constipation en phase PL (protéines et légumes) choisissent des légumes plus pauvres en fibres, et oui, certains sont plus égaux que d’autres comme dirait Orwell. D’autres aliments sont riches en fibres et devraient avoir la sympathie de Dukan, ils sont hélas trop riches en graisses : les amandes, ou encore les graines de lin (de préférence moulues). Pour l’anecdote : les herbivores comme les vaches se sont fait une spécialisation de fermentation, allant jusqu’à faire fermenter la cellulose : sont-elles en cétose permanente à cause d’un régime alimentaire riche en graisses ? Je n’en sais rien, si un spécialiste du métabolisme des vaches pouvait confirmer ou infirmer…

La plus importante source d’acide butyrique indirecte chez nos contemporains, et qui reste surprenante est issue de l’amidon résistant*, que l’on trouve dans les féculents (céréales, pomme de terre). L’amidon n’est pas une fibre, en théorie. On constate que les liens entre les molécules d’amidon comptent : s’ils sont forts, l’amidon est résistant, et nos enzymes échouent à transformer l’amidon en glucose au niveau de l’intestin grêle. Cet amidon résistant ressort donc indemne au niveau du côlon, où les bactéries (important la flore bactérienne !) prennent le relais, font fermenter cet amidon résistant (semblable à une fibre…les fibres sont aussi des polymères de glucose de toute façon), et le transformer en cet acide gras bénéfique.

acide butyrique effets

Effets du butyrate sur les muqueuses du côlon de souris – tiré du blog huntgatherlove.com

L’essentiel est donc que l’amidon des féculents soit résistant : comment ? En faisant cuire les féculents, et en les laissant refroidir. Le refroidissement retend ces fameux liens. Notons que le pain, et encore plus le pain complet (à base de blé) contiennent de ce fameux amidon résistant, ainsi, certains abandonnent le pain, gagnent au passage une meilleure santé, mais peuvent rencontrer des problèmes de constipation, s’il y a manque de fibres et/ou d’acide butyrique. Il faut surtout retenir que le riz, les patates ou les pâtes sont à manger froids : si vous devez surveiller votre Index Glycémique, c’est un bon point, et vous recueillerez les avantages évidents de cet amidon.

Alors que faut-il penser du régime Dukan ? Qu’il fait mincir. Mais aussi que Dukan, reste fidèle à une hypothèse lipidique périmée, et échoue à pointer les vrais coupables de la prise de poids : de ce fait, pour certains dukaniens, la phase de consolidation peut être synonyme de retour à la case départ : rebonjour protéines pures…phase de consolidation, reprise de poids…

« Anne, ma sœur Anne, ne vois-tu rien venir ? »

« Je ne vois rien que le dukanien qui yoyoie, et son énergie qui se perdoie » .

______
* Il existe plusieurs types d’amidons résistants : je faisais référence à l’amidon de type 3 bien entendu (cf Inra de Nantes)