Noyade d’artistes ?

Bon, je ne vais pas me spécialiser sur mon groupe chouchou du moment, mais je tenais à signaler cette chronique prévisible des inrocks :

Je recopie ceci de mon précédent article (je l’enlève du coup) :

Note sur certaines critiques de Ceremonials, inappropriées, lues sur le net

« Les esprits chagrins, vous savez, ceux de la presse pop/rock intello, emploient les mots suivants : boursouflé, kitsch, grandiloquent, hymne de stade, pompier, pompeux, maniéré, emphatique…et l’appliquent à des tas de grands groupe de rock : Genesis, Queen, Muse, et maintenant, Florence and the machine. Ne vous laissez pas impressionner : c’est avec ce genre d’arguments que la quasi-intégralité de la musique symphonique est à jeter aux orties. Ok, le rock est un art mineur, et ne saurait être comparé artistiquement aux génies de la musique classique, mais il n’y a pas de mal à élever son propos, à utiliser les codes d’autres musiques pour proposer un rock un tantinet plus évolué, moins basique. Seuls les esprits terroristes , les gardiens du temple du rock voient comme une hérésie de sortir de la formule rock de base. Tant pis pour eux, les autres sauront évaluer la musique selon sa qualité, et non selon les respects des sacro-saints codes. Moi ça ne m’empêche pas d’aimer simultanément les Sex Pistols et Meat Loaf : chacun apporte quelque chose de différent, et il serait bête de rester fermé musicalement… »

C’est exactement ce que je redoutais : le snobisme à l’état pur. Et ouais, Florence fait chier (scusez du terme) les fans de la première heure, les ayatollahs indie, les talibans du rock garage. Elle s’affirme comme une artiste et emmerde (scusez bis) les règles, les codes. Ouais, elle a décidé d’élever un peu son propos. Ca ne fait pas plaisir. C’est bête pour moi qui apprécie autant sa grandiloquence que son esprit plus intimiste…bon bref. Vive les artistes qui n’en font qu’à leur tête et se passe des avis des fans bornés. D’autant qu’en réécoutant l’album, il est vraiment riche, et ça n’est pas que des effets de production.

david bowie caméléon

David Bowie, un artiste qui s’est brûlé les ailes après Space Oddity, dommage quel potentiel en 1969 !

David Bowie aurait-il du faire du glam rock à vie ?
Queen, ont-ils fait l’erreur de tenter les synthés et la funk music ?
Qui regrette les premières chansons niaises des Beatles quand ils ont commencé à être plus pro en studio, notamment avec George Martin ?
Il y a encore des gens pour regretter l’approche moins progressive et plus pop de Genesis au détour des années 80…?
Beyoncé s’est écarté du pur r’n’b, et propose une pop électro black de qualité, c’est un scandale ?
Metallica se met à dos les fans de la première heure en s’écartant du thrash…ils auraient du continuer à servir la même tambouille faisandée des années 80 pendant les années 90 ?
Massive Attack ont-il eu raison de s’inspirer du rock très heavy sur Mezzanine ?
Paradise Lost qui abandonne son metal gothique pour une pop électro proche de Depeche Mode, c’est parce qu’ils sont commerciaux ?
Dead Can Dance, pourquoi arrêter leur musique gothique et faire quelque chose de médiéval ou tribal africain ?
Loreena McKennitt qui cesse un moment de puiser dans la musique celtique pour regarder vers le moyen orient, est-ce une traitresse à la cause (celtique) ?
U2 qui sort des albums teintés d’électro et tourne le dos à son big rock d’antan, est-ce mal ?

Heureusement que les artistes cherchent à s’exprimer ce qu’ils ressentent, plutôt que de se conformer à un public frileux (ici indie, ou snob rock façon inrocks, ou rock crade – ramones ?- façon rock’n’folk). Les gens qui jugent la musique selon ses qualités intrinsèques, et non son style ou son orientation, sont les grands gagnants. Les perdants sont les râleurs, les gens incapables de comprendre les orientations musicales des artistes (quitte à nier ce que l’on a dit par le passé, quand on se rend compte que l’avis était intenable). Un artiste, normalement, ça n’aime pas rester dans un cadre étriqué (dicté par les fans intégristes), sinon ils étouffent et perdent de leur éclat. Après, c’est sûr, ils prennent des risques, et ça ne plait pas à tout le monde, les fans de la première heure, ceux de l’underground musical tirent la tronche. Tant pis pour eux.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s