Histoire d’peaux

La peau est un organe. Peu d’entre nous le savent, c’est bien de le répéter. Elle a plusieurs fonctions essentielles, celles de nous protéger des agressions extérieures par exemple. Elle a des ressources étonnantes, comme celle de faire la synthèse de la vitamine D, le cerveau produisant par la suite une hormone qui boostera votre humeur…la bien nommée sérotonine.

L’existence d’une flore cutanée, redoutée en milieu hospitalier, notamment dans les maladies nosocomiales, d’où l’usage systématique de bétadine®, ne peut que renvoyer à la flore intestinale. Bien que l’on ne se nourrisse pas vraiment par la peau, le big business parapharmaceutique vous rappelle toujours qu’il est temps de nourrir votre peau…ou même les petits fabricants artisanaux de savon : cet été, en Ariège, j’ai découvert les Savons Asinus. Ce sont de bons savons relativement peu agressifs pour la peau, à condition de ne pas en faire un usage systématique. L’emballage insiste bien sur la présence des vitamines A et D. Je ne doute pas qu’il y en ait, le lait d’ânesse est réputé, mais je ne sais pas exactement quel bien-être on peut retirer de ces vitamines par la voie cutanée. Elles passent dans le sang, ensuite ? Ou elles tonifient, fortifient la peau ? Mystères et boule de gomme. Je saisis bien l’idée que la peau puisse être perméable dans un sens (la sudation, plutôt positive, par exemple), ou dans l’autre (les pommades, dont le principe actif, agit bien au final), mais de là à franchir la barrière sanguine ? Vraiment ?…bon visiblement c’est le cas. Dans quelle mesure, et quels types de substance ? Pour le coup, Je manque de sources sérieuses, j’ai mené une petite recherche, il y a quelques temps, infructueuse, je tombais toujours sur des sites à la Aufeminin.com ou Toxissimo.fr, avec des raisonnements peu scientifiques, manquant d’explications biologiques et de rigueur en général. Peut-être dans des manuels de dermatologie…

peau intestins lien

Ce moustique a bien raison de se nourrir d’un sang humain très riche en triglycérides et en glucose sanguin.

Un lecteur avisé de Primal-Alpha se demandait s’il n’existait pas une manière paléolithique de s’occuper (se laver) de sa peau. J’ai presqu’envie de dire, que si nous sommes des animaux comme les autres alors le moins possible…à l’instar des dents ? Notons que Chris Kresser met en garde contre la douche quotidienne et certains composants comme les chloramines passeraient donc bien dans le sang, soit via inhalation ou par absorption via la peau. Mais il s’agit plus de la qualité de notre eau « en conserve » multi-traitée qui est problématique, où il sera utile de mettre en place un filtre de qualité.  Nos ancêtres ne devaient donc pas hésiter à plonger quotidiennement dans une source d’eau naturelle. Quant à s’appliquer des produits cosmétiques…je ne pense pas ! Peut-être un usage de certaines plantes, plus à but curatif comme soigner les plaies, probablement. Le savon est une invention relativement récente, en tout cas (quelques milliers d’années avant JC). Dans nos environnements urbains, cela aurait donc peut-être du sens de protéger sa peau contre la pollution ambiante. Dans ce cas, il est préférable de se tourner vers des produits le plus naturels possibles type Weleda, que je recommande à vous messieurs, pour se raser, par exemple. On s’empoisonne déjà suffisamment, à notre insu (tout le plastique que l’on manipule, par exemple) pour ne pas en rajouter avec du paraben, ou d’autres composés chimiques au nom barbare…

Revenons au lien peau/intestins, et l’alimentation en général. Chris Kresser (encore lui) s’est fendu d’un bon article, il y a quelques jours sur la connexion entre les intestins et la peau. Assez convaincant. Si vous vous demandiez pourquoi la levure de bière (chez Juvamine par exemple), qui contient des probiotiques (bons pour les intestins, donc) est cataloguée comme bonne pour la peau, ce n’est peut-être pas par hasard. Oh, il y a d’autres micronutriments dans la levure de bière, mais il semble cohérent que les probiotiques aient un effet positif sur les intestins et sur la peau, simultanément. Le gluten du blé moderne, peut poser chez nombre d’entre nous des problèmes d’eczéma ou de psoriasis, voire des dermites séborrhéiques comme l’avait noté feu Jean Seignalet. Concernant l’acné Loren Cordain pointe bien évidemment l’alimentation moderne et nos glucides raffinés hyper-présents. Sans qu’on sache très bien si c’est un problème de déséquilibre de flore intestinale, ou de déséquilibres hormonaux comme l’hyperinsulinémie, couplée à un yoyo glycémique et l’inflammation en général. Probablement une concordance des deux. Les produits laitiers, on va dire industriels, sont communément accusés, sans doute à juste titre de favoriser l’acné, via la caséine : peut-être n’est-ce pas le cas des laitages fermentés, yahourts et du kéfir (hélas trop rare sur le marché, mieux vaut le faire soi-même) dont les vertus intestinales ne sont pas à démontrer. Une alimentation ancestrale un minimum rigoureuse ou un protocole alimentaire particulier façon régime GAPS, ou Régime de Glucides Spécifiques qui soulagent l’intestin (grêle ET colon) devrait faire des miracles et tenir à distance les éruptions d’acné ou les épisodes d’eczéma.

Maintenant, plus question de se plaindre de manquer de peau !

6 réflexions au sujet de « Histoire d’peaux »

  1. pyrrhonic sea cruising

    Sur les propriétés d’absorption très « active » de la peau il y a une expérience semble-t-il assez instructive et à la portée de (presque) tous.

    Elle consiste à tremper le bout d’un de ses doigts dans de la teinture d’iode ou une solution de Lugol et comparer les temps que met la coloration ainsi laissée à disparaître sur la peau d’une part et l’ongle d’autre part.

    C’est en général assez spectaculaire comme différence.

    Répondre
  2. nbek

    Je ne suis pas d’accord avec le commentaire sur la photo! Fuyez les moustiques!
    Pour la sérotonine, je confirme. Spectaculaire l’effet du soleil sur mon humeur.
    Il y avait eu pas mal d’articles il y a peu sur le fait que les Français se lavaient peu (selon un sondage). Certains journalistes fustigeaient ceux qui ne se lavaient pas intégralement tous les jours et félicitaient les bons élèves qui prenaient au moins 2 douches par jour. C’est vrai que je n’en vois pas trop l’intérêt hors sport ou métier physique. Une toilette quotidienne me paraît bien plus adaptée. Et certains dermatologues abondent dans ce sens.

    Répondre
  3. Romain

    C’est intéressant la peau ! Surtout quand on voit le nombre de personnes qui prennent soin de leur corps en négligeant la peau… Je pense que cela est dû à une désinformation sur les produits d’hygiène et un manque de connaissance dans le domaine de la part du grand public !
    Il faut renouer avec le naturel et arrêter de se laver 3 fois par jours avec des produits ULTRA chimiques et hostiles pour la peau !

    Répondre
    1. Sylvain Auteur de l’article

      Tiens, je me demandais, j’avais même pas remarqué que ton site comporte un « é »…c’est récent l’utilisation possible des accents sur les url ?

      (hop ton blog rajouté à la liste)

      Répondre
  4. Ping : Histoire d'peaux | Clair et Lipide | Plan&egrav...

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s