Archives mensuelles : avril 2015

Le journalisme que je n’aime pas

Est-ce que le métier de journaliste est en mutation à cause de la montée des journaux numériques et des blogs spécialisés ? Je ne sais pas, il me semble que les bons journalistes d’investigation, qui font des articles qui valent leur pesant de cacahouètes n’auront jamais trop de soucis à se faire, que cela soit au Figaro dans sa version papier, ou dans un média de type pure player (patapé, aucune traduction n’est correcte et ne restitue pleinement le sens) comme rue89.

En voie de conséquence, les journaux à l’ancienne sont devenus insipides et très frileux : de fait aucun journal français ne vaut par exemple le New York Times, ni de près, ni de loin. Ils ont du mouron à se faire. Ces dinosaures qui font des pieds et des mains pour toucher des subventions tous les ans, alors que le nombre de lecteurs et donc leurs recettes…ne cesse de chuter. Pudiquement on avance les arguments de la pluralité des opinions. Vision purement hypocrite, la soupe est bonne, et leur modèle est peu remis en cause. Avec la carte de journaliste, ils pensent ainsi avoir le droit inaliénable et sacré de se goberger d’argent public, parce que voyez-vous, snif, les temps sont durs.

Nous faisons ainsi du social avec les journalistes : avec ces subventions les journaux peuvent maintenir les bénéfices, ou tout simplement embaucher plus de copains journalistes. Seulement, quand on lit des articles comme ça, on ne peut s’empêcher de penser, que, quand même, il y a quelque chose de pourri dans le milieu du journalisme.

Et là, je lis cet article, concernant la fusion des régions : Toulouse devrait donc être siège régional aux dépens de Montpellier. L’article est bien écrit, mais il y a quelque chose qui me dérange. Pour le formuler clairement, il n’est nullement mention de la source.

La souuuurce !

La souuuurce !

Voilà mon énervement est tout relatif, rien de grave, les journalistes n’ont pas mangé de chatons mignons, ni torturé qui que ce soit. C’est juste que cet article prend le lecteur pour un imbécile.

  • Soit ils émettent plein d’hypothèses, sur la base d’arguments évidents qu’ils citent d’ailleurs, mais dans ce cas ils doivent préciser que cela reste spéculatif, bien que très probable.
  • Soit ils admettent qu’ils ont été mis au courant par des personnes bien placées, ce qui semble être le cas quand on lit entre les lignes. Seulement voilà, il faut décrypter ce journalisme à la noix, comprendre l’arrière-plan politico-journalistique, les enjeux d’un tel secret, et pourquoi on a pas le droit de savoir qui a ébruité la décision qui serait quasiment prise.

Seulement voilà, à force d’être habitué à ce journalisme qui monte des articles sur du vide, et sur une malhonnêteté patente doublée d’une incompétence crasse, on ne relève plus. On hoche la tête et on se dit qu’il y a plus grave. Ce qui est juste…mais désespérant quand même.

Clair et lipide à nu

Non, pas de photo dénudée…

Juste un article du lion.

Je réfléchissais à un article sans études. Sans pincettes aussi. Je prends habituellement du temps pour travailler et retravailler ce que je dis, histoire de ne froisser aucun égo, d’être tout lisse et passe-partout sans déchaîner les passions.

Et puis, vous êtes sans doute au courant de la loi qui est passée, la nuit, avec très peu de députés présents. Dorénavant nous sommes tous sous surveillance. Comme ça, 1984 dans la décontraction feutrée la plus totale, et c’est même plébiscité par tous les français. Cette loi ayant d’ailleurs déjà des répercussions sur l’économie, c’est presse-citron qui relaie l’info.

Source H16, le justicier masqué

Source H16, le justicier masqué

C’est un événement que je trouve terrifiant de la part d’un gouvernement de gauche, cette gauche qu’on pensait être le rempart contre le fascisme. Oh, mais ce n’est pas du fascisme, après tout on n’a rien à se reprocher, pourquoi craindre cette surveillance. On se rappellera juste par exemple les heures les plus glorieuses de la stasi dans La vie des autres, superbe film allemand. Glorieuses ? Sombres…peu claires en tout cas. La surveillance généralisée est un symptôme des régimes totalitaires, mais visiblement, ça ne fait réagir que des nerds sur internet…

Alors, je me suis dit que tant qu’il n’y a pas de permis de bloguer, pas de licence délivrée par la préfecture pour avoir le droit de donner son avis sur la nutrition, pas de règlementation tatillonne venue vous expliquer ce qu’on a le droit de dire et ne pas dire, il faut en profiter, pour dire crument ce que je pense.

Dans cet article, pas d’études, pas de chichis, je dis ce que je pense, comme ça, gratuitement, en me foutant de ce qui peut bien arriver. Après tout si Jacques Turchet chez Dur à Avaler, a décidé d’être un sage homme auto-auréolé de son expérience, j’ai AUSSI le droit de dire des conneries, et de les clamer très fort. Même si j’ai tort, notez.

Aujourd’hui je n’ai pas envie de plaire. Et de m’exprimer de manière décousue.

Et ça me permet de dire plus simplement les choses sans compliquer tout.

La liberté d’expression ne s’use que si l’on ne s’en sert pas, je fais mienne cette maxime.

Alors, allons-y Alonso !

Contenu explicite !

Contenu explicite !

  • Huile de palme : ceux qui sont contre parce que c’est mauvais pour la santé sont des moutons blancs qui bêlent avec la pensée dominante. Aucune prise de recul, c’est purement viral. Ils feraient mieux de s’interroger sur la nature des produits qui en contiennent. On peut discuter de l’écologie, sans problème.
  • Graisses saturées : Mon avis a évolué. Je ne crois pas toujours pas que ça soit un acteur majeur des maladies cardiovasculaires. Mais pas question d’être un mouton noir en encourageant leur (sur)consommation, comme la très caricaturale Christine Cronau (mouhahaha, j’en dis pas plus). Mon avis est proche de celui de Lorgeril, tout en reconnaissant une plus grande souplesse de leur consommation selon les individus. Mais l’ennemi public numéro 1 ? Haha. Sérieusement, c’est un avis de merde. A chaque fois que je lis quelqu’un avoir peur des graisses saturées dès la première cuillère de beurre j’ai l’impression de faire un bond en arrière. Non seulement la réalité est plus complexe mais je ne comprends pas ce besoin de revenir à ces soit-disant « fondamentaux ».
  • Les antioxydants : Point trop n’en faut…on a aussi besoin d’oxyder un minimum, ne serait-ce que les acides gras pour l’énergie. On parle de plus en plus de la face noire des antioxydants. Limiter le stress oxydatif en soi me parait plus sage que de surcompenser pour être dans les clous…
  • Le crudivorisme : allez vous faire foutre.
  • Le crudivorisme, encore…? : Allez lire Taty qui aborde le sujet justement en ce moment. Je n’ai rien contre une grosse proportion de cru dans son alimentation, j’ai du mal avec l’idéologie.
  • Le paléo ? : je m’interroge…je suis toujours aussi fasciné par l’aspect évolutionniste, mais je me demande si les interprétations que l’on fait ne seraient pas simplistes. Aussi le mouvement est en perpétuelle…évolution. C’est ça qui le rend intéressant, à condition de ne pas s’arrêter à un bouquin écrit par un gourou quelconque en 2009. Le mouvement à l’heure actuelle n’arrive pas toujours pas à se résoudre à faire le grand écart entre versions riches en glucides et riches en viandes, et comme la synthèse n’est pas aisée sans perdre son public, personne ne se mouille vraiment…j’attends les résultats de l’étude ADILAN menée entre autres par Maelan Fontes.
  • Le régime méditerranéen : le pain était différent, pas le pain hyper glutené actuel…le fromage de brebis ou de chèvres avaient un lointain rapport avec les laitages plastiques actuels…et il y a de fait plusieurs versions, entre le crétois et le sarde c’est presqu’un monde qui les sépare…bon, je mange là, un Lou Larzac sublime. Avec beaucoup de végétaux, ça fonctionne, je m’interroge quand même sur la faculté à suivre un tel régime en habitant au nord de la Loire, outre-Quiévrain, en Allemagne, Scandinavie…
  • Végétarisme : je dirais que ça convient à un nombre restreint de gens. Pour prendre un exemple, ça ruine la santé de George Harrison qui finit par crever d’un cancer aussi bien que de Linda McCartney qui elle, est touchée au niveau des seins. Mais Paul McCartney, apôtre idéal du régime, se porte toujours comme un charme, il mériterait un article à coup sûr. Ah, on me dit par l’oreille que le végétarisme ne rend pas immortel, et que l’alimentation n’est pas la cause de tous les cancers. Ok ok, mais alors que personne ne prétende qu’un régime protège à 100% des maladies de civilisation alors ! On ne sait pas tout, je pensais pas l’invoquer, mais même en faisant très attention comme Servan-Shreiber – pas végé hein, mais très prudent et pleinement conscientisé sur sa santé -, on finit par y passer. Soyez plus humbles, au moins en matière de santé, ça évitera de tomber de haut quand on vous diagnostiquera une vilaine tumeur.
  • Véganisme : oh et merde, allez vous faire foutre, je suis vraiment obligé de donner mon avis ? Le nombre de gens, surtout chez les ricains, qui passent de gourou végan à gourou paléo, ou de blogueur V à blogueur P -ou O…mnivore – en ayant des mots durs, et en ayant fini affaiblis par leur régime devraient donner la puce à l’oreille. Si vous avez envie de croire en ces fadaises, allez-y, je ne suis pas responsable de votre entêtement idéologique. Si on me demande de tuer le lapin pour manger je le ferais comme des générations d’hommes avant. La chasse fait partie de l’instinct de l’humanité et nier cette part animale revient à se nier soi-même. J’ai suffisamment tourné le cerveau en bourrique en silence, contre les putains de sophismes végans, mais quand on en vient à créer des permacultures végans pour éviter que les plantes ne se nourrissent des déchets animaux (les os par exemple) et qu’on veuille sciemment extraire les animaux des écosystèmes naturels c’est qu’on est trépané, pas sain d’esprit, il manque indubitablement une case. C’est pas comme si les animaux étaient tout choupi tout le temps non plus (relire l’agression de Lorentz !), on a aussi le droit d’être comme eux, parce qu’on est des animaux, aussi, pas la peine de faire un complexe de supériorité morale sur eux, parce que vos arguments ils ne les comprennent pas de toute façon. Et si en plus il faut manger tout cru, c’est le pompon…doigt d'honneur
  • La mémoire de l’eau : Pardon ? Absolument aucun avis là-dessus.
  • Le travail le dimanche : tant qu’on me laisse bloguer…je rapprocherais toutefois cette interdiction du même esprit qui anime celui de notre gouvernement pour mieux nous espionner, même si je sais que certains vont dire que ça n’a rien à voir, moi je pense que ça à tout à voir, cette mise en coupe de nos libertés est symptomatique. Y compris celle de dire enculé à son employeur, mais la France n’est plus le pays où les gens savent négocier et faire front intelligemment, hélas, mais ça devra se réapprendre, tôt ou tard. Quitte à flinguer certains syndicats contreproductifs, menant le contraire de leur mission in fine.
  • Les idéologies alimentaires : elles sont toutes basées sur une sélection minutieuse des études qui les arrangent, y compris lorsqu’il s’agit de trouver de mauvaises études pour mieux les débunker démolir et abonder dans le bon sens.
  • L’alcool : un peu est sûrement plus bénéfique que pas du tout.
  • La viande :  un peu est sûrement plus bénéfique que pas du tout….
  • La guerre des commentaires sur internet : pas là pour faire la guerre, mais juste instiller quelques pensées en pensant que ça finira par fleurir la curiosité chez certains. De là à aller se poser en donneur de leçons en se plaçant volontairement au-dessus de la mêlée par ses nombreuses années d’expérience…mmh ?
  • Le jeûne : intermittent ou non c’est intéressant. Toutefois je me suis retrouvé dans une position où ça n’était pas bénéfique pour moi, au contraire. Donc, peut-être à ne pas abuser…
  • La théorie du cochon comme ancêtre de l’homme : ah ça en fait rire parmi les sceptiques de salon qui prennent pas la peine de lire les arguments et balaient tout d’un revers de la main. McCarthy travaille sur une technique visant à voir si les différences génétiques entre chimpanzés s’expliquent de manière concomitante par des rapprochements génétiques avec le cochon actuel. Ou quelque chose comme ça, je ne sais pas si j’ai tout compris. On va voir, suivez le sur twitter, c’est amusant, dans le genre j’expose des monstres il se pose…je vous aurais averti.
  • Les origines frugivores de l’homme : Oh fuck. Non sérieux, on a quitté les arbres depuis longtemps, je pense qu’on est devenus féculivore, tuberivore au moins, même la viande des inuits est super riche en glycogène, en glucides complexes ! On peut évoluer dans l’autre sens, et je pense pas les fruits comme nocifs, loin de là, mais allez-y je vous laisse faire, gavez-vous de durians et de bananes. Les sophismes qui rappellent toujours que nous sommes le troisième chimpanzé ne sont que ça, des sophismes et encore des sophismes qui se torchent avec la réalité des faits et l’évolution de l’alimentation de l’homme depuis les australopithèques. Désolé Jared Diamond, tu as tort sur le coup, peut-être as-tu évolué depuis, mais ton bouquin et ta recherche sont devenus sur ce point un vrai poison conservateur.
  • Les fibres : c’est excellent pour la santé. Il en faut un minimum, et après le corps fait avec, et beaucoup de fibres est souvent synonyme de nutrition riche. Pour certains, c’est l’occasion de rompre, en bon mouton noir, avec la sagesse conventionnelle. Sérieusement…il n’y a pas lieu, tout le temps, de prendre le contrepied, c’est contreproductif par contre. Pour pallier l’absence de fibres, c’est un exercice faisable, mais tellement vain…la particule c’est le végan permaculturiste, et l’antiparticule c’est le gars qui évite les fibres…c’est comme les fascistes et les antifascistes, l’actualité du gouvernement montre que ce sont les mêmes. Et aussi : désolé Clément Méric, tu n’étais pas un ange, et tu étais l’exact reflet de ceux auxquels tu croyais t’opposer…
  • L’index glycémique : c’est parfait, c’est une approximation imparfaite de la réalité. Quand l’IG est bas votre nourriture est plus riche nutritionnellement parlant, et l’amidon résistant, quand on cuisine comme il faut vient jouer le rôle d’une pseudo fibre prébiotique. Cuire, refroidir, voire recuire et rerefroidir…peut-être la nouvelle tendance à venir, depuis que l’on a trouvé un moyen d’augmenter la part d’amidon résistant via une cuisson à l’huile de noix de coco.
  • Les polyinsaturés : après avoir voué un culte au ratio oméga3/oméga6 et lu des articles soit-disant  démontant son utilité, j’y reviens toujours…je doute un peu, et les oméga6 sont utiles…mais bon, l’équilibre…encore une fois…je tranche pas vraiment.
  • L’équilibre acido-basique : c’est complexe mais la tentation est grande de le démystifier et de jouer en parfait sceptique le militaire sans conscience. Attention quand même, à ne pas jeter le bébé avec l’eau du bain, et voir cet équilibre sur du très long terme, on parle de vieillissement sur des dizaines d’années, et bien sûr que le corps tamponne, seulement dès fois…sans compter que parfois le contexte est important. Même primordial…
  • Clair et Lipide : j’ai officiellement 5 ans depuis le 14 avril 2015, je ne sais pas, malgré de longues périodes blanches, comment je peux encore trouver l’énergie et l’inspiration d’écrire…