Tranches de lard, de livres et de vie (1)

A ce jour, j’ai repris en main mes activités blogguesques – au sens large – mais mon mode de vie actuel ne me permet pas comme auparavant de creuser certains sujets. Malgré tout le besoin d’écrire se fait ressentir. Je propose donc de débuter une série d’articles plus légers dans la construction, où je parle de sujets qui me préoccupent, sans certitude absolue d’être pertinent.

Cette semaine, je suis retourné voir des amis, et ma famille. Sur la côte méditerranéenne, à Narbonne plus précisément.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

WordPress a bien mûri en 1 an, je teste cette fonction diaporama. J’aime beaucoup, vraiment. Ici ce sont quelques photos prises à Gruissan dont la Tour Barberousse…qui n’est plus qu’une ruine et la plage des chalets (37,2° le matin)

J’avais besoin de prendre ces photos. Pour une raison simple, ce lieu c’est aussi mon enfance. Et je sais que mon père aborde la fin de vie, sans rentrer dans les détails. Ça remue forcément beaucoup de choses. On n’est pas préparé pour ce genre de moments. On peut le concevoir, de manière lointaine. Ça vous tombe dessus, sans prévenir de toute façon. Alors on gère avec plus ou moins de sérénité.

Ma photo préférée, absente du diaporama :

20181102_131258238_iOS

Je suis particulièrement étonné avec le temps qui passe des réactions des gens sur les réseaux sociaux, ou au moins de certaines personnes en ce qui concerne les pages Facebook. La page du Mythe Végétarien convainc près de 2500 personnes, elle est historiquement la première en francophonie dans la réticence face au(x) végétarisme(s). Il y a toujours des gens qui agissent en consommateurs. Qui donnent des conseils inappropriés, du type comment elle devrait tenir sa page. Quel culot ! Elle ne tient pas sa page pour faire du pognon en étant subventionnée par le lobby de la carne mais pour mettre en garde des possibles dangers du végétarisme. Que cela ne plaise pas, ou que certaines publications fassent tiquer – certaines étant scientifiquement moins robustes, en effet -, il est, à mon avis, de bon ton, de passer son chemin…tout simplement. Les suggestions s’apparentant plutôt à des ordres dans les faits, je pressens que la page fait polémique, et n’est tout simplement pas comprise très souvent, parce que moins monolithique que les autres pages/groupes antivégans, pour résumer. Si quelque chose ne vous plait pas sur les réseaux sociaux, il ne sert à rien de vouloir influencer l’influenceur qui a ses propres motifs et sa propre quête j’ai envie de dire. On prend ce qu’il y a à prendre, et on évite d’être désobligeant. Ce n’est pas un supermarché. On peut même « Ne plus aimer », incroyable !

ne plus aimer

L’an dernier j’ai lu ce bouquin.

matt-us

Cliquer pour acheter !

En d’autres temps je me serais fait un petit plaisir de fin gourmet d’en faire une synthèse en relevant les points cruciaux à mon sens. Et me faire plaisir parce que c’est un bouquin en anglais et qu’y a toujours une petite exclusivité temporaire tant que personne en francophonie ne l’a commenté.

Et puis il est…sorti en français pas plus tard qu’il y a deux mois environ.

matt-fr

Cliquer pour acheter également !

Comme je n’ai plus l’envie urgente de le disséquer, d’annoter et d’en faire un long article…bon ben je donne quand même mon avis, et sans rouvrir la moindre page…

    • Le sommeil est vital, sa carence implique des tas de maladies – dont Alzheimer en favorisant les plaques amyloïdes –
    • Le sommeil trouve sa place au sein des rythmes circadiens qui rythme nos vies, et celui de tous les animaux, avec des différences entre espèces. Les rythmes circadiens bien alignés exercent une pression de sommeil aux bonnes heures, comme une horloge interne. Ce qui rend le sommeil facile et qui va de soi…normalement.
    • La lumière a un effet sur le sommeil. Il est recommandé de s’aligner sur les cycles solaires et prendre le soleil tôt le matin. Et éviter les lumières artificielles le soir*.
    • Évitez les excitants, café et alcool en ligne de mire – même si ça parait trop évident de le rappeler –
    • Attention aux écrans, et notamment à la lumière bleue.
    • Pour les accidents de la route, il faut considérer la carence en sommeil qui semble être pire que conduire alcoolisé
    • Prendre de la mélatonine (qui est une hormone qui donne uniquement un signal) n’est pas une solution viable sur le long terme.
  • La chambre ne doit pas être chauffée…et une douche chaude (au moins les extrémités) aide à l’endormissement ce qui n’est pas intuitif.

Je regrette peut-être un peu le manque de biochimie : on y cause un tout petit peu la gestion du stress via cortisol, noradrénaline et adrénaline, certes. Ou même une approche plus nutri-centrée : pourquoi ne pas parler de GABA ou de l’effet de certains acides aminés, comme la glycine sur la qualité du sommeil ? Bon c’est chipoter, ce livre est tout de même très bon, et il ne fallait pas en faire une encyclopédie du sommeil mais une approche somme toute assez synthétique et qui ne rebute pas le grand public. C’est gagné de ce point de vue.

*A ce sujet, la plus belle déconfiture littéraire sur le noir, l’absence de lumière, la nuit…enfin…comment dire, j’attendais beaucoup de ce bouquin, avec un titre alléchant, mais qui au final était très superficiel.

wakingup

Si vous voulez l’acheter malgré tout…

3 réflexions au sujet de « Tranches de lard, de livres et de vie (1) »

  1. Bernard Bel

    Bien d’accord avec cette analyse de la page « Le Mythe végétarien » !

    Les lecteurs oublient de voir que la motivation première de créer cette page était d’ouvrir un fil de discussion au sujet de l’ouvrage de Lierre Keith, du même titre, qui excitait beaucoup de monde – à commencer par ceux qui ne l’avaient pas lu.
    Le problème est que le titre de Keith aurait dû être « Le Mythe végétaLien » (ou végane) car la page est conduite sur une critique du végétalisme (et de sa déclinaison religieuse en véganisme) alors que des végétariens (qui pour beaucoup consomment œufs et produits laitiers) peuvent à tort se sentir agressés. Cela dit, perso j’ai essayé ce végétarisme pendant 30 ans, dont une douzaine en Inde, et il a détérioré ma santé, mais des millions d’autres personnes en sont satisfaites.
    Au début j’intervenais souvent sur cette page, étant co-admin, mais j’y vais rarement maintenant faute de temps. Assez quand même pour constater que la modératrice s’en sort très bien et qu’elle sait bien recadrer les trolls et les fanatiques. Elle a fait une cruelle expérience du véganisme pendant deux décennies, comme Lierre Keith, et ça laisse des traces dans le cerveau ! 😉 Bref elle se bat comme une lionne et c’est bien nécessaire en ce moment vus les amalgames entre les critiques très justifiées des conditions d’abattage des animaux et l’injonction de se passer radicalement de tout produit issu d’une présumée « exploitation animale »…

    Au sujet du sommeil, bien d’accord avec tout ce qui est écrit. Les cycles de sommeil, en régularité et en intensité, sont pour moi des indicateurs précis de la forme du moment, en complément des performances obtenues en exercice aérobie selon Phil Maffetone. Quand on a une vie très régulière il est très utile d’avoir de tels indicateurs car si on compte sur les bilans sanguins et la visite de généralistes ou de cardiologues, bonjour les dégâts !

    Répondre
    1. Curious

      N’étant pas du tout végétalien/rien (au contraire), je me suis justement désabonné car j’ai eu l’impression que cela tombait dans les même travers que les mouvements qu’elle critique, à savoir les critiquer à longueur de journée, parfois à l’aide d’études bancales et /ou mal interprétée. C’est bien dommage. Cela ressemble à de la propagande dans le sens inverse. Et je n’ai pas tenté deux fois d’apporter un bémol à certaines affirmations 🙂
      A un moment, il serait bien que chacun puisse choisir de manger ce qu’il veut et puis se taise à ce sujet.

      Répondre
      1. Bernard Bel

        C’est le travers des nouveaux convertis, dans un sens ou dans l’autre. Mais comme Lierre Keith elle en a gros sur la patate de s’être laissée embobiner si longtemps dans une « secte ». De temps en temps ça peut ressembler à du défoulement. Il y a aussi la colère d’avoir entraîné ses enfants, contre leur gré, dans cette aventure.
        A part ça elle est consciente (ainsi que celles et ceux qui participent régulièrement au débat) qu’aucun argument raisonné ne peut « déradicaliser » les adeptes Ils essaient plutôt de dissuader les indécis qui seraient tentés d’y adhérer.
        Le problème est que le ton polémique (parfois en raison de mauvais choix d’articles) peut au contraire faire pencher les indécis du « mauvais » côté.
        Dans la vie réelle et sur les sites web je ne prêche pas pour une paroisse, en me contentant d’apporter des infos qui peuvent aider aux choix – justement pour la majorité d’indécis. Ça ne m’empêche pas de dire que ma propre expérience de végétarisme (et queque temps végétalisme) a été un échec.
        Les mots que j’emploie à propos du véganisme rappellent ceux de l’islamisme ; c’est volontaire car je crois qu’on assiste à un mouvement de radicalisation indentitaire dans de nombreux domaines. Le rapprochement permet de s’interroger sur ses propres comportements.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s