Archives du mot-clé canadian oil

Faut-il bannir l’huile de colza ?

La question est sérieuse, si si !

Cela fait quelques temps que je traine mes guêtres sur les blogs paléo, et que je lis les bouquins associés, on nous apprend religieusement à détester les huiles végétales, à la seule exception des huiles d’olive et de l’huile de coco.

 Les huiles végétales sont nocives, et peut-être même diaboliques, qui sait ?

huile végétales de raisins, tournesol, maïs, soja, carthame

Quelques huiles végétales (pépin de raisins, tournesol, maïs, soja, carthame) : le diable n’est jamais très loin

Il y a plusieurs raisons à cela :

–          ces huiles sont généralement déséquilibrées en graisses polyinsaturées : la balance oméga3/oméga6 est plutôt faible

–          afin de produire ces huiles en grande quantité, il faut les transformer : les extraire avec un solvant (hexane le plus souvent) et les chauffer dans le même temps, ce qui ne manquera pas de les hydrogéner partiellement voire de les oxyder au passage, les raffiner…dont les désodoriser ce qui nécessite une température de près de 200°, je passe sur le dégommage, la neutralisation, la décoloration et la filtration…

l’intuition paléo conclut, naturellement : trop de transformations pour ces huiles ! Elles ne peuvent qu’être impropres à la consommation. Dans la nature, on ne se nourrit pas de ces huiles végétales, sauf si on peut les extraire mécaniquement, et à froid, comme l’huile d’olive.

L’huile de colza est obtenue de la même manière, et avait en plus un défaut majeur : une trop grande concentration en acide érucique, un acide gras nocif. Toutefois, ce n’est plus le cas, car l’on a sélectionné les plants de colza, de manière à ce que la concentration en acide érucique soit bénigne, que cela soit en Europe, ou en Amérique du Nord, où elle a été baptisé Canola (pour Canadian Oil Low Acid). L’huile de colza reste tout de même à proscrire.

Première objection toutefois : le profil de l’huile de colza est bon en ce qui concerne les oméga3 par rapport aux oméga6 : transformée ou non, le rapport est près de 1/2, ce qui est très correct par rapport aux critères occidentaux.

Seconde objection : en France on vend aussi de l’huile de colza…bio. Non raffinée. Comme celle-ci :

huile de colza bio et non raffinée

Une auréole imaginaire au-dessus de l’huile de colza bio et non raffinée ?

Nettoyage mécanique des graines. Pressage en première pression à froid (T<60°C) dans une presse à vis sans fin, sans aucune intervention de solvant ou produit chimique. Filtrations successives de l’huile sur papier buvard. Stockage à l’abri de la lumière et de la chaleur.

Mais, mais…mais alors ? Ce ne serait donc pas le malin, cette huile ?

Il y a quelques années, sous l’impulsion des travaux de De Lorgeril – et sa fameuse étude de Lyon -, j’étais bien branché oméga3 : j’avais acheté cette huile de colza bio et non raffinée, pour l’assaisonnement uniquement. Bon, autant le dire, c’est infect. C’est certain que cette huile n’est pas désodorisée, à l’instar de l’huile de lin (autorisée depuis 2009 en France ! Et vendue sous bouteille opaque), elle sent…le poisson,  trop à mon goût. Ca doit-être commun à tout les aliments riches en oméga3, on va dire.

Et maintenant ? J’ai fait le choix de ne plus consommer d’huile de colza, par goût d’une part, et par « sagesse » : mes ancêtres ne consommaient pas d’huile de colza, et sans doute pas de colza lui-même si la plante est classée  dans la même famille…que les choux (crucifères), elle s’apparente plutôt à une fleur. Elle n’est donc pas obligatoire. Cette huile, sous sa forme bio et non raffinée serait peut-être bien moins nocive que nous l’enseigne le catéchisme paléo. Je m’en passe allègrement. J’ai aussi toujours quelques doutes sur la culture du colza, celle-ci est largement industrielle, avec tout les défauts que cela peut engendrer, sans même parler du risque OGM.

De temps en temps, je remplace l’huile d’olive, par l’huile de noix, toujours bio et non raffinée, la même que chez Emile Noël : possibilité d’extraire mécaniquement en première pression à froid, et le ratio oméga3/oméga6 est assez exemplaire.