Archives du mot-clé hypervitaminose

A la quête de…oh et puis zut !

Tout d’abord bonne année…et bonne santé. C’est un peu pour cette dernière que je blogue, et je sais à quel point elle est précieuse pour chacun d’entre nous, avoir la santé n’est décidément pas un luxe 🙂

Je voulais revenir brièvement sur un sujet dont l’article a eu pas mal de succès, si je m’intéresse au nombre de commentaires (dans les faits c’est cet article là qui est le plus visité, à vrai dire la majorité du temps le nombre de hits pour cet article dépasse la somme de tout les autres, vive google).

J’ai donc fini la bouteille de Green Pasture. Deux ans. Une supplémentation « douce » on pourrait croire. Mais j’ai gardé un arrière-goût en bouche assez désagréable : la fermentation c’est aussi l’oxydation absolue des oméga-3, autrement dit, si le contenu en vitamines liposolubles est sympathique, on ne restera jamais convaincu par cette huile hyper rance, et surtout quels sont ses effets sur l’organisme ?

J’ai donc opté cet hiver pour l’huile suivante, de chez Garden of life, qui semble-t-il garde ses propriétés fraîches, si je puis dire, non fermentée, et ayant gardé son caractère non désodorisé, bien qu’étant vendue avec une saveur naturelle de menthe-citron, pas franchement horrible, bien qu’étrange, décalée même. Le goût originel ne transparait donc pas.

On notera, ô miracle, une tentative de transparence en ce qui concerne le contenu en vitamines, ainsi qu’en oméga3 à longue chaîne :

garden of life2013-11-18 10.52.48

Pour l’anecdote : oui le papier-bulle avec de grosses bulles, c’est génial.

Cliquer pour acheter de l’huile de foie de morue Garden of Life

Ah, joie, on a la quantité en IU et non pas en IU/g, unité de mesure pas vraiment aux normes (la fameuse notice de Cooper a déménagé et est disponible ici) et qui aura eu le mérite de me mener à la confusion totale. Oui c’est possible de convertir, de faire des tables de trois mais enfin, quand tout le monde parle en IU, on fait l’effort de s’adapter !

Il y a deux déceptions. Ouais, en bon perfectionniste je suis déçu. La quantité journalière de vitamine D ne correspond qu’à deux fois les apports conseillé de l’AFSSA. Et c’est donc 10 à 20 fois inférieur aux apports conseillés par les scientifiques (les indépendants hein). Rien de neuf, c’est la raison pour laquelle je pressentais qu’il me fallait une supplémentation en vitamine D.

La seconde déception, c’est que je me suis amusé à faire une recherche google sur Ray Peat et l’huile de foie de morue pour savoir ce qu’il en pensait. Et là c’est le drame. On y apprend grosso modo que l’huile de poisson est déjà oxydée quand elle vous parvient. J’avais déjà constaté ça pour l’huile de colza, aucune raison de dédouaner l’huile de poisson. Et même si on atteint pas le niveau d’oxydation de l’huile fermentée de Green Pasture, l’article est suffisamment éloquent quant aux implications de cette huile sur la santé (système immunitaire notamment). Suffisamment en tout cas pour que ma bienveillance de base se transforme en méfiance.

Je n’ai pas envie d’invoquer un joker inuit. Hein, vous savez le poisson pourri…leur huile n’était certainement pas fraiche. On pourrait même se méfier des poissons sur les étals. Ray Peat (notoirement réputé pour être anti-polyinsaturés) note que l’huile de poisson pourrait même s’oxyder avant d’atteindre le flux sanguin.

Aussi je trouve curieux la présence d’alpha-tocophérol dans…les ingrédients. Donc c’est de la vitamine E ajoutée, pour faire simple. Vitamine qui joue le rôle d’antioxydant, in vitro, in vivo. Garden of life chercherait à préserver leur huile de foie de morue de l’oxydation ? Cela me semble assez léger, à voir avec la teneur, non précisée. Il aurait été presque plus utile de combiner une huile riche en graisse saturée (huile de palme rouge ?) avec l’huile de foie de morue pour la protéger de la méchante oxydation, voilà une idée à exploiter, dommage pour l’empreinte carbone d’une telle opération.

Plus je creuse, moins je suis certain de ce qu’il faut en penser. En conclusion, prudemment, tout de même :

bonne source de vitamine A (rétinol, bien plus bio-disponible que le bêta-carotène, si vous avez un foie surchargé, pensez-y)

vitamine D : correcte mais très probablement insuffisante.

oméga3 : c’est la grande question, la fraicheur du poisson revient toujours sur le tapis, les oméga3 oxydés ayant l’air d’être plus que contreproductifs. (et donc les poissons sur les étals…c’est pas pareil parce qu’il y a la chair autour ? A voir, ou plutôt j’attends un commentaire qui saura me répondre 🙂 Il me semble bien que la consommation de poissons est positive)

– En conséquence de quoi, paradoxalement je conseillerais plutôt l’huile à une personne en bonne santé cherchant à se supplémenter – surtout en vitamine A ! -, plutôt qu’à celles ayant une santé défaillante (à voir chez les immunodéprimés par exemple, et les autres maux relevés par Ray Peat). Les plus costauds d’entre nous pourront – pourraient ! – encaisser les dégâts des oméga3 oxydés (voire prévenir l’oxydation ?), si la dose reste respectée.

– Au final…à prendre avec des pincettes. Moi-même, je ne sais même pas ce que je vais faire. Je me contente de regarder la bouteille, bouteille fort jolie au demeurant.

En bonus, une note d’humour : la sagesse des gaulois, le poisson source de dispute source : Indiansamourai.com

frais poisson

Oh my cod ! – A la quête d’une huile de foie de morue de qualité

(cod = morue en anglais)

Tout d’abord…bonne année à tous 🙂

Je ne pourrais plus autant remplir le blog comme en 2011, mais je vais essayer de privilégier la qualité 🙂 Je profite de cet article pour revenir sur la série des caries d’octobre 2011.

Dans notre monde actuel, maintenir des relations sociales, c’est aussi faire des compromis alimentaires…un peu trop d’alcool, trop d’apéritifs salés, de desserts généreux… Cet été, on va dire que je me suis un peu trop compromis, au point qu’une vieille carie s’est réveillée. Je l’ai donc traitée à la manière de Ramiel Nagel ou Weston Price.

Donc c’était bien joli que de tenir un blog sur l’alimentation, mais encore une fois, fallait-il mettre en pratique ce que je dis ! Ce fut chose (re)faite dès septembre 2011. Aux grands maux les grands remèdes, cure d’huile de foie de morue, spiruline, et gelée royale, on bannit les céréales et la plupart des glucides transformés. La douleur au niveau de la gencive est partie au bout d’une semaine, et depuis plus rien. Devrais-je aller voir le dentiste ? Peut-être…mais on va dire que ses horaires n’étaient pas trop compatibles avec les miens, et je ne voulais pas à nouveau subir un charcutage en règle de mes dents. Imprudent ? Sans doute, mais du temps a coulé depuis…et mes dents me laissent tranquille. Voilà qui explique ma série d’articles.

J’ai repris du poil de la diète (allez-y, y a pas de copyright). Je suppose que ma carie s’est guérie toute seule ? Grâce à l’huile de foie de morue…possible. A vrai dire, j’ai repris aussi une alimentation saine. Sans doute, cela m’a permis de guérir plus vite, je ne le saurais jamais. Je m’en remets au savoir empirique de Weston Price sur le coup. Que pensait-il ? Que les vitamines liposolubles, les fameux activateurs étaient d’une importance capitale pour la dentition, surtout les vitamines A et D. Qu’il a identifié un activateur X comme étant la substance la plus fortifiante pour le corps. Quelques dizaines d’années plus tard, un certain Christ Masterjohn publie un article clé en 2008 : la vitamine K2 serait le fameux activateur X.

Je suis assez surpris par la liste des aliments qui contiennent le plus de cette vitamine K2 : du natto loin devant, du pâté de foie d’oie, les fromages sont en première position. C’est surtout la présence du natto qui est…surprenante. C’est le seul aliment végétal de la liste. Comme il est suggéré par ailleurs, la fermentation joue un grand rôle dans la synthèse de cette vitamine. On tient peut-être là une des explications de la santé des japonais, bon, je ne m’aventurerais pas trop, c’est un domaine spéculatif, mais pourquoi pas, étant donné l’attention que portait Weston Price à cet activateur liposoluble. Aussi, les fromages en contiennent beaucoup, Sarah de The Healthy Home Economist nous apprend que c’est le Gouda qui en contient le plus, même sur du Gouda pasteurisé obtenu à partir de vaches « mal nourries ». Notre mimolette française est…techniquement du Gouda ! En effet, elle est faite dans la région de Lille, qui était la capitale des Flandres, et donc culturellement quasi-identique aux Pays-Bas. La couleur jaune vive est aussi un des indicateurs permettant de mesurer la qualité du beurre mais aussi du fromage, je l’ai encore vu ce matin au supermarché, en comparant le Bethmale au lait cru avec le Bethmale au lait pasteurisé. Et donc, la couleur orange, indicateur d’une grande richesse en vitamine K2 ? Pourquoi pas…

Revenons à nos moutons. La vitamine K2, comme le suggère l’article de Chris Masterjohn, agit de concert avec les vitamines A et D. Une des meilleures sources de vitamine A et D est l’huile de foie de morue. La supplémentation en vitamine D est hélas un passage obligé pour les urbains des climats tempérés occidentaux : en effet la pollution atmosphérique empêche en grande partie la synthèse de cette vitamine (bon, j’ai pris le premier article sur google, mais c’est bel et bien quelque chose de communément admis). Etant donné que je ne goutte que très peu au foie cru d’animal ou autres abats crus et riches en vitamine , et que je vis 90% de mon temps en ville, je dois être naturellement en carence. Chose essentielle à savoir, la supplémentation en vitamine D empêche d’être en surdose de vitamine A – et probablement vice-versa, mais l’hypervitaminose D est plus difficile à atteindre, de fait…), ce qui est plutôt rassurant, vu qu’il est très aisé d’être en hypervitaminose A. Les deux vitamines ont de nombreuses interactions…

Donc, il me fallait faire avec les moyens de bord. Croyez-le ou non, je pense qu’en bouteille c’est mieux. Je n’ai pas confiance aux capsules molles. En fait je n’en sais rien, si ça se trouve, c’est pareil, mais vu la position dans laquelle j’étais, je cherchais à optimiser le produit recherché. J’ai donc vadrouillé en pharmacie, j’ai trouvé un seul produit correspondant à mes attentes, de l’huile de foie de morue de marque Cooper, à 9.60€ la bouteille de 150ml. Je n’ai pas trouvé de photo sur le net, donc je me suis servi de mon smartphone pour vous présenter le produit (notez les belles couleurs de ma nappe) :

huile de foie de morue cooperPour la petite anecdote, la notice présente ici, stipule quelque chose qui m’a fait sourire :

Tous les besoins en vitamines sont couverts par une alimentation équilibrée et diversifiée avec les aliments de base traditionnelle (fruits, légumes, viandes, œufs, poissons, céréales, produits laitiers).

Je doute un peu de cette assertion, il suffit de se balader quelques minutes sur lanutrition.fr pour se rendre compte que les carences en vitamine D sont très fréquentes, à cause de l’urbanisation, la pollution, et la sédentarisation. Aussi une bonne partie des gens présentent une carence en vitamine A, car évitant les produits animaux en contenant, et on sait que le gens ayant un métabolisme perturbé ne convertissent que très peu les caroténoïdes (précurseurs de la vitamine A) en vitamine A. De manière générale, je trouve l’AFSSAPS (organisation française) très, trop, sûre d’elle. C’est le défaut récurrent d’un organisme qui prétend par une sorte de raisonnement circulaire qu’en suivant un régime équilibré, on ne peut avoir des carences. Le problème c’est qu’un tas de gens suivant leurs recommandations (très succinctes d’ailleurs), peuvent se retrouver en carence de certains micronutriments. En fait c’est exactement le cas des gens qui peuvent manger théoriquement équilibré, mais qui ne prennent pas assez de cholécalciférol (aka vitamine D3, la plus intéressante) par le biais du soleil…

Cela dit, j’ai quelques doutes : vu les méthodes de fabrication de l’huile de foie de morue, est-ce que ce produit est de qualité maximale ? Un indice dans la composition du produit :

Huile de foie de morue ……………………………………………………………………………………………….. q.s.p. 100 ml

Teneur en vitamine A comprise entre 600 et 2 500 UI/g

Teneur en vitamine D comprise entre 60 et 250 UI/g.

Bon…mon esprit de scientifique s’est éteint avec l’âge…je ne doute pas du dosage présenté. Je pense juste que je suis trop rouillé pour faire la conversion : d’un côté on a un volume, celui de la bouteille, du contenu en huile de foie de morue (150 ml), de l’autre, on a le dosage, non pas en UI, qui est l’unité standard, mais en UI/g. Du coup, sans faire de calculs passablement trop compliqués pour moi, je ne saurais dire si le produit de Cooper supplémente efficacement en ces deux vitamines !

Un autre doute subsiste et me vient d’une remarque du bouquin de Ramiel Nagel :

Toutes les huiles de foie de morue ne sont pas égales. Les huiles de foie de morue achetées dans les magasins d’aliments de santé n’ont pas toutes leurs vitamines D naturelles intactes. La production commerciale d’huile de foie de morue fait intervenir un raffinage alcalin, un blanchiment (NdT : décoloration ?), une hivernisation (NdT : winterization ?) qui élimine les graisses saturées, la désodorisation qui élimine les pesticides mais aussi les vitamines A et D. Lors de ces processus, les vitamines D liposolubles sont complètement détruites, tandis que les vitamines A le sont quasi-intégralement.

Oh my cod ! Ce n’est pas vraiment rassurant. Est-ce que Cooper utilise ces mêmes techniques ? A moins de faire du journalisme d’investigation très poussé, je ne le saurais jamais. Ma carie n’est plus (RIP), mais je ne sais pas si c’est exactement dû à la teneur en vitamines A et D de ce produit. J’ai toutefois noté un changement intéressant au niveau de mon métabolisme : quand je fais des écarts alimentaires (on va dire « sociaux »), mon corps se venge dès le lendemain, il me le fait payer. Ca prend souvent la forme d’une peau qui rougit au niveau du visage, mais aussi et surtout d’une reprise assez virulente d’acné -intoxication, allergie, inflammation ?-. Depuis quelques mois, je ne constate plus ça. Peut-être est-ce le contenu en oméga-3, j’en doute, vu que je faisais déjà un effort auparavant. Je pense plutôt que la vitamine D ne doit pas être complètement détruite et que le produit de Cooper n’est pas si mauvais…mais comment en être certain, encore une fois ? Je précise que c’est ma première supplémentation en vitamine D.

Notons par ailleurs qu’internet donne d’autres marques d’huile de foie de morue en bouteille, comme celle de De Bardo, par exemple.

Le salut vient peut-être de la marque Green Pasture. Celle-ci est citée par le docteur Nagel. Il s’agit sans doute de l’huile de foie de morue la plus saine au monde, et fermentée de surcroit, ce qui permet d’obtenir une concentration en vitamine encore plus grande. Il y a un large choix de produits, en voici un au hasard :

huile de foie de morue fermentéeEt après ? Ben ça coûte un rein. Ou même deux. La marque y est abondamment vantée dans Cure Tooth Decay, avec insistance d’ailleurs. Bon, ok, un peu trop. C’est une caractéristique américaine je pense, c’est une volonté marquée, et sans hypocrisie, de vendre leurs produits. Personnellement, ça ne me choque pas, mais en tant que français dopé à une culture catholique qui considère l’argent et les affaires comme quelque chose d’un peu sale, l’honnêteté de Ramiel Nagel peut en scandaliser plus d’un. Et le business affirmé qui tourne autour des vitamines liposolubles, de l’activateur X est…particulier, il n’y a pas le vernis sobre propre aux produits de la parapharmacie française.

Toutefois, Green Pasture, est une marque qui revendique de manière assumée l’héritage de Weston A. Price. Aussi, je crois que leurs produits sont d’une qualité exceptionnelle. J’ai pris une bouteille d’huile de foie de morue fermentée 237 ml (on est loin des 150 ml de Cooper…), avec le goût cannelle. Je suspecte que les produits où l’on a enlevé les saveurs (si particulières…il est vrai !) ont fait l’objet d’un processus supplémentaire, alors méfiance. J’ai également pris du ghee (« Butter Oil ») provenant de vaches fréquentant les pâturages, et ne se nourrissant que d’herbe. Cela me revient à 125 $ frais de port inclus. Etant donné que je me donne pour objectif de ne plus prendre de vitamines artificielles, ce qui soulagera en contrepartie mon porte-monnaie, je peux tenir 1 an environ avec ces deux produits. Je ferai un compte-rendu, un feedback comme on dit, quand j’aurai testé les produits sur quelques mois.

Une ombre au tableau, toutefois. La préférence du fermenté pour une huile, à fortiori celle du foie de morue,  pose un problème c’est celui l’oxydation. Vu que c’est quasiment des graisses polyinsaturées, je crains qu’elles soient oxydées (ou rances). L’oxydation des graisses est un facteur important dans le déclenchement des maladies cardio-vasculaires, que les graisses s’oxydent au fur et à mesure dans le sang…ou qu’elles le soient au préalables ! A propos, c’est pas les inuits qui se nourrissaient de poissons pourris ?

La suite de la quête…c’est ici !